Mardi 28 Janvier : Je suis donc à Abou Dhabi. Je vais voir les gens du comptoir des transferts de vols, leur expliquant que contrairement au groupe de 19 français qui commencent à perdre patience, j'ai moi-même déjà mon billet pour Paris mais que je n'ai pas de moyen pour rejoindre Lyon et qu'à Saigon on m'a dit que ce serait à eux de s'en occuper. On me répond poliment que ce ne sera pas possible mais qu'il faudra que j'explique mon cas en portant réclamation et une copie de mon billet de TGV pour, peut-être, me faire rembourser.

Je me vois donner quand même un coupon pour aller manger dans l'aéroport et le sourire du guichetier. Du coup vers 5h heure locale, deux heures du matin en France, je m'installe dans un restaurant italien du Terminal 1 duquel devrait partir mon vol pour Paris. Le coupon donne droit à un quart de pizza, une salade et une boisson. C'est bien cuisiné et pour la deuxième fois dans mon voyage je fais un repas complètement végétarien.

Je me rappelais pas qu'ici la Wifi était gratuite et illimitée ce qui me permet de mettre un petit mot sur facebook annonçant mon retard et de rédiger mon blog pour raconter cette dernière journée. Finalement les six heures d'escale passent assez vite et je me trouve dans la salle d'embarquement une petite heure avant. Je profite encore un peu du wifi pour donner de mes nouvelles à Tom et j'envoie un texto à Annie pour lui dire de ne pas venir m'attendre à l'aéroport ce matin.

Je retrouve le jeune Vietnamien étudiant à Marseille et discute un peu avec lui. On embarque dans un A 340-600. Je laisse ma place à un monsieur faisant partie du groupe des 19 français pour qu'il puisse être assis aux côtés de sa femme et prend une place identique, en hublot, un peu plus loin.

On décolle avec un peu de retard vers 9h heure locale pour une arrivée prévue avant 13h30 à Paris. Par sécurité je n'ai pas pris mon billet de train et l'achèterai une fois rendu. Le vol à quelques turbulences mais faibles. On nous sert un petit déjeuner / repas royal avec un plat chaud, un brownie, un yaourt à la fraise, un jus d'orange, un petit pain avec beurre et confiture et une salade de fruits, de quoi être calé pour le voyage.

IMGP5135

En même temps je regarde un film mais le sommeil me rattrape et je m'endors à la fin du film que j'ai regardé, une bonne demi-heure. Je vois que je peux dormir un peu plus et reprends une pilule homéopathique pour faire deux heures de plus de sommeil.

Quand je me réveille on est plus qu'à deux heures de Paris, je me regarde quelques nouvelles séries et déguste deux sandwiches au poulet qu'on nous sert avant d'entamer la descente sur Paris. L'atterrissage est plutôt bon sous les nuages épais qui recouvrent la capitale et on nous annonce 5°C.

Je remets ma veste coupe vent et sens les premières fraîcheurs dès le passage dans la passerelle. Passage à la frontière assez rapide puis je retrouve mon jeune étudiant vietnamien aux tapis roulants pour récupérer les bagages. Je lui propose qu'on reste ensemble puisqu'on va prendre le même train et que je connais bien cette gare.

On va chercher nos billets au comptoir de vente, j'ai bien mis au singulier car à un moment il y a un seul en marche. Après 15 minutes et un deuxième et un troisième guichet ouvert on a nos billets pour dans trois heures, 16h58, le précédent nous étant impossible à prendre vu la distance entre les tapis de bagages et la gare TGV. J'appelle tout le monde pour expliquer ou j'en suis, Annie tout d'abord puis ma mère et mon boss histoire de voir si je peux attaquer demain après-midi au lkieu de faire la route mauvaise de nuit avec peu de sommeil au compteur. Il me dit pas de problème, c'est cool.

On se pose ensuite à une borne de rechargement de portable qui fonctionne en pédalant, idée ingénieuse bien que visiblement l'effort à fournir est moindre car très démultiplié. On parle un moment avec une jeune Lilloise qui revient du Mexique où son frère travaille. Je lui parle de mon voyage et lui fais goûter de ce que j'ai ramené.

On la quitte ensuite pour aller se poser pour manger quelque chose et avoir un peu de Wifi dans un petit restaurant casse-croûte. On prend chacun un sandwich et un café pour se réchauffer après le moment passé dans la gare venteuse. J'en profite pour donner à nouveau des nouvelles à Tom et vérifier mes mails.

J'apprends que le jeune vietnamien s'appelle Linh et étudie à Marseille depuis un an. Il me sert en même temps d'interprète lorsque je ne comprends pas certains mots vietnamiens que m'écrit Tom. Je prends ses coordonnées et on se sépare entre les wagons du TGV dont une partie va vers Montpellier et l'autre vers Marseille.

 Le trajet en TGV dure deux heures qui filent, c'est le cas de le dire, à toute allure. Je retrouve Annie à la gare de Part Dieu à 19h et rentre avec elle chez eux à Manissieux.

Je mange en leur compagnie puis regarde avec Xavier les vidéos qu'ils avaient faites lors de leur voyage et découvre quelques endroits où je ne suis pas allé. 

Je finis par aller me coucher vers 23h, bien vanné avec le décalage horaire.

Lever 7h le lendemain pour pas faire la route trop tard. Je pars vers 8h30 de Lyon et rencontre la neige à plusieurs reprises à partir d'au dessus de Saint-Etienne, mais jamais surla route.

J'arrive à bon port en 3h10 de route, le plus mauvais ayant été près de Marvejols, au col de Vielbougue.

IMGP5149

Voilà, c'est terminé pour cette fois. Une partie de mon coeur est restée au Vietnam et je pense déjà à y retourner en Septembre.

Pour ceux qui voudraient suivre les périgrinations de mon frère en Equateur et Colombie voici le lien : www.ddenecuador.blogspot.ae