Vendredi 24 Janvier : Lever vers 8h, j'ai un peu de mal à me motiver pour aller prendre un bus pour aller plus au Sud. Tom m'a préparé une délicieuse soupe aux nouilles de riz plates, petites crevettes, brocolis et oeuf, je me régale.

Elle m'appelle un taxi pour aller rejoindre un hôtel assez proche où je pourrais poser mon sac et passer la nuit de dimanche à lundi à mon retour du Delta du Mékong, car Tom a la visite de sa mère pour la fête du Têt, le nouvel an. On nous montre quelques chambres, toutes spacieuses et propres, 270 000 Dongs. Je verse une arrhe pour la chambre et laisse mon gros sac à l'accueil (j'ai paquetté pour trois jours dans mon sac à dos).

On part prendre ensuite un bus local pour se rendre à la gare routière du Sud-Ouest qui déssert les destinations du Delta du Mékong. On prend mon billet puis on va attendre dans un café attenant, le temps qu'arrive l'heure de mon départ. J'embrasse Tom et lui donne rendez-vous à dans trois jours pour passer ma dernière journée en sa compagnie.

Je monte dans le bus plein à craquer de locaux seulement et on part à l'heure prévue. Le trajet est pas très long, une heure et demie. Je sommeille un peu, bercé par le cahot de la route. En arrivant vers 13h je descends du bus et trouve une terrasse à laquelle un français des antilles m'invite à boire un verre en sa compagnie. Je feuillette son Lonely Planet pour voir les possibilités d'hébergement.

Je n'ai pas besoin de m'embêter longtemps car un vieux monsieur vient me proposer un hôtel qu'il connaît près du centre ville avec des prix confortables, moitié prix du moins cher sur le guide. Je salue le français et part en Xe Om, taxi en scooter, pour 30 000 Dongs de course.

Il me dépose dans cet hôtel près de la rivière, fort agréable, avec des chambres quadruples pour 200 000 dongs la nuit, parfait. Je me pose un petit moment et défais mon sac pour repartir plus léger. En ressortant je trouve le gérant en train de jouer aux dames chinoises avec un français d'origine indienne, né au Vietnam, qui y a passé la moitié de sa vie, l'autre moitié du côté de Cergy, et qui est revenu s'installer ici. Il a un restaurant dans la cour en face de l'hôtel et y cuisine Halal des plats français, italiens et indiens (currys). Je lui dis que je viendrais sûrement y faire un tour.

Je pars à pied en direction du centre ville, à droite à la sortie de ma petite allée. Je marche à mon allure, tranquille, au soleil par presque 30°C, sur l'avenue. Je m'arrête à un endroit au bord d'un petit lac artificiel qui marque l'entrée dans le centre ville. Je me prends un café glacé et profte un moment de l'ombre. Je suis entouré de locaux venus eux aussi se détendre un moment autour d'un café ou d'un thé.

      IMGP4657

Je reprends ma route et m'arrête au niveau d'un bâtiment où on peut avoir les informations touristiques sur les excursions organisées dans le Delta. Je croise mes premiers touristes, arrivant ici pour des excursions au départ de HCMV, qui viennent prendre le bateau et remontent ensuite dans leur bus pour un retour sur Ho Chi Minh Ville.

Cela explique en partie pourquoi je n'ai pas croisé beaucoup de touristes jusque là. Je me fais renseigner dans un des bureaux mais me rends vite compte que même si ce tour-operator propose des circuits authentiques, en témoigne les mots laissés par des touristes français qu'il me fait lire, les tarifs sont quand même prohibitifs, dans les 50€. Je leur dis gentiment que ça ne rentre pas du tout dans mon budget de fin de voyage et sors de là avec l'idée que j'allais me débrouiller tout seul en scooter.

 La faim commence à me gagner et je m'assois à un stand à côté du bâtiment pour déguster des raviolis au porc frits servis avec des oignons frits, de la carotte râpée et un bol de sauce soja pour faire trempette. Je sors ma ration de riz gluant que j'avais acheté dans le resto d'hier midi avec Tom et le mange avec. La famille qui tient ce stand est très sympathique et ils me prennent en photo, la maman avec son téléphone, puis les enfants avec un des fils à côté de moi pour la photo. Je pense qu'en fait les touristes doivent pas vraiment s'arrêter ici pour manger, ou en tous cas pas un gars seul qui mange comme eux et qui parle quelques mots de leur langue.

     IMGP4658

Une fois bien calé je reprends ma balade le long de la rivière dans une rue devenue semi-piétonne pour l'arrivée imminente de la fête du Têt, transformée en sa moitié en jardinerie à ciel ouvert, vendant des bonsaïs, surtout des abricotiers jaunes, des kumquats, des chrysanthèmes jaunes, des oeillets et roses d'inde, des bougainvillées et un tas d'autres fleurs et arbustes.

      IMGP4665

Pour mieux comprendre, deux extraits d'un écrivain sur cette fête : (http://geza.roheim.pagesperso-orange.fr/html/tet.htm)

"Le lễ tết nguyên đán, plus généralement connu sous le nom abrégé de Tết (ou tết cả ), peut être traduit par la fête de la saison première de l'année. Il s'agit d'une fête comparable à celle du nouvel an occidental mais, ceci expliquant le décalage, dans un calendrier luni-solaire."

"La fête du Táo Quân inaugure véritablement cette semaine de préparatifs au Tết : « Les activités battent son plein à partir du 23 lunaire. Dans les rues principales de chaque ville, s'installent des marchés où on y vend des pastèques, des fruits confis, des légumes, de l'épicerie, des vêtements pour enfants, des pétards au mètre et surtout des fleurs vendues en conteneur (chrysanthème, dahlia, rosier, kum quat..) sans oublier les branches de prunus ou d'abricotier jaune en fleur. Par tradition, les gens du Nord fleurissent leur intérieur avec des branches de prunus, anh đào, de couleur rouge ou rose et les gens du Sud et du Centre avec une variété d'abricotier jaune appelé mai (abricotier)."

     IMGP4692

Lorsque j'arrive à l'angle de la rue là où se rejoignent deux bras de rivière, je discute un petit moment avec un papy qui parle le français. Je continue ensuite le long de la rivière, toujours tout en fleur, jusqu'à un pont et continue un peu plus loin jusqu'au marché de My Tho. Une belle agitation comme j'aime à voir dans ces endroits. Je prends quelques photos et vais aussi dans les rues adjacentes pour explorer au maximum le coin.

     IMGP4707

Je reviens par d'autres rues et suis étonné du nombre de gens qui suspendent leur taches usuelles pour me saluer ou me toucher la main. Il est vrai que je suis le seul occidental à traîner dans le coin. Cela faisait depuis la Birmanie où je portais les sarong traditionnel qu'on ne m'avait pas autant salué. J'aime bien, et puis le sourire est omniprésent et on l'a facilement en le transmettant soi-même, chose que je me plais à faire ici car ça a une vraie portée, pas comme en Europe où on te prend de suite pour un fou si tu le fais.

      IMGP4715

Je rentre tranquillement vers mon hôtel à pied et découvre près d'un temple en face de mon allée une pile de pastèques jaunes avec une vendeuse souriante qui s'occupe de les vendre. Je comprends maintenant, après la lecture de l'article cité plus haut que ça fait partie des offrandes faites pour le Têt.

     IMGP4746

Je rentre à l'hôtel et saute sur la berge pour voir le soleil se coucher sur un pont à haubanage plus bas sur la rivière. Je prends quelques clichés et rentre à ma chambre pour publier quelques photos pour l'article du blog datant d'hier et commencer l'écriture de cette journée. 

     IMGP4756

Je la continue un peu plus tard à la terrasse du français, sirotant un thé glacé avant de me restaurer un peu vers 21h avec un curry indien de chèvre, bien épicé, avec du pain frais à la française. Une petite Bia Saigon bien fraîche pour faire passer tout ça en terrasse avec un petit singe qui niche dans la fontaine en cascade avec son ami le rat que je vois passer de temps à autres - à ce sujet le Vietnam est relativement propre car je n'en ai vu qu'à deux reprises.

J'irais me coucher un peu plus tôt ce soir afin d'avoir une bonne nuit de sommeil avant un longue journée en scooter dans les environs.